Ne manquez
aucun article

Recevez une notification par mail à chaque parution d'un nouvel article sur notre Blog.

Rechercher

Quand une question devient-elle "aidante", et pour qui ?


Combien de fois par jour posez-vous des questions par réflexe, par habitude ou par convention ?


Quels effets ont vos questions sur vos interlocuteurs et quels effets ont leurs réponses sur vous ? Les exemples sont nombreux :

  • Comment ça va ?

  • Ça a été ta journée ?

  • Tu as reçu mon e-mail ?

  • Avez-vous reçu mon offre ?

  1. Dans l’exemple du « comment ça va ? », combien de fois recevez-vous une réponse différente de « ça va » ?

  2. A quelle fréquence portez-vous votre attention sur la qualité des questions qu’on vous pose ?

  3. Qu’est-ce qui fait qu’une question vous mobilise plutôt qu’une autre ?

  4. Dans quelle mesure la question « avez-vous reçu mon offre ? » vous permet concrètement d’avancer ?

Je vous en pose des questions, me direz-vous !


Tous les enjeux se trouvent là, dans cet espace de conversation où les mots se transforment en énergie, en perception, en interprétation et en émotions.


La plus habituelle des formules telle que « comment ça va » apporte ou pas une réponse qui dépend plus de l’intention, de l’intonation et de la qualité de présence du questionneur que de la question posée.


L’intention bienveillante est souvent présente dans vos questions et pourtant, maladroitement vos formulations les évacuent d’un revers trop conventionnel.


Oui mais alors comment faire et quand mes questions deviendront-elles « aidantes » ?


1. Pointer votre attention sur la question avant de la délivrer est le premier petit pas pour vous qui deviendra très vite un grand pas pour l’humanité car si le monde entier propose et se pose de meilleures questions, il évoluera dans ses potentialités.


2. S’intéresser à la question que vous êtes sur le point de formuler avant de la poser sera le facteur clé de succès. Avant de prendre la parole, évaluez sur une échelle de 10 à quel point votre question donne envie, mobilise, suscite l’enthousiasme et crée l’impatience d’y répondre.


Par exemple, lorsque j’interroge mon fils de retour de son premier jour de cours en présentiel après des mois de confinement : « ça a été ta journée » mérite un 2/10 à mes yeux.


Reformulez ensuite cette question dans votre tête pour gagner 1 ou 2 points.

« Comment s’est passée ta journée ? » devient un 3/10.


Réitérez le processus de reformulation et d’évaluation jusqu’à atteindre minimum 8/10.

  • Qu’est-ce qui s’est bien passé aujourd’hui ? - 5/10

  • Qu’est-ce que cette reprise a de différent pour toi ? - 7/10

  • Qu’est-ce que tu as vu avec un regard neuf ? - 8/10

Envoyez alors votre question et attendez-vous à un borborygme ou un long silence. Si vous recevez en retour « tu as fumé quoi ? » c’est que vous avez un ou une ado en face de vous… c’est normal.


Ne vous laissez pas démonter !


Tous ces signes sont la manifestation que vous avez construit une question différente car le cerveau de votre interlocuteur est contraint d’aller chercher la réponse via une autre route de pensées, sur un chemin de traverse. C’est ici que votre question devient « aidante ».


Si besoin, reposez votre question à l’identique sans la reformuler en aucune manière. Parfois, il est nécessaire de la reposer 3 fois.


Le temps de réflexion nécessaire à l’interlocuteur pour répondre vous donnera une indication sur la puissance de votre question.


Ma question « Qu’est-ce que tu as vu avec un regard neuf ? » a été accueillie avec un long temps de silence et des globes oculaires particulièrement écarquillés.


Mon fils a répondu ensuite avec un grand sourire « tous mes profs » !


Il m’a expliqué pendant 2 longues minutes toutes les absences, tous les changements de titulaires, les professeurs malades et ceux qui refusent de donner cours pour arriver à la conclusion que tous ses profs sont nouveaux.


2 minutes de conversation avec un ado, c’est pour moi un signe que ma question était différente.

Vous l’avez compris, une question aidante fait progresser le questionneur ET le questionné. Le caractère « puissant » est à son paroxysme lorsque ni le questionné, ni le questionneur ne connaissent la réponse avant d’y avoir sérieusement réfléchi.


La Questiologie© est l’Art et la science de poser de meilleures questions. Vous savez désormais ce qu’est une « meilleure question » alors Yapluka !



Ecrit par Loïc Lauwers - participant à la formation Maître Praticien en Questiologie, Vendôme 2020

Contact : loic.lauwers@impactformation.be (site web en construction)

Posts récents

Voir tout